Lecture de 4 minutes

signaux d'alarme

En résumé

  • Comment savoir si vous travaillez avec un professionnel de la finance douteux? Jetez un coup d’œil à leurs offres et à leurs campagnes publicitaires; si ça semble trop beau pour être vrai, c'est un signal d'alarme.

  • Si le professionnel de la finance dissimule des documents, vous presse de prendre une décision immédiate, dénigre ses concurrents ou n'a aucune certification à présenter, il est temps de partir.

  • Méfiez-vous s'il y a plus d'un conseiller dans votre réunion : il pourrait s'agir d'un moyen de pression commerciale.

  • Si vous voyez l'un de ces signaux d'alarme, pensez à demander un deuxième avis auprès d'un organisme de conseil à but non lucratif accrédité, comme la Credit Counselling Society.

Avez-vous déjà reçu des conseils qui ne vous semblaient pas justes? Le secteur financier compte beaucoup de grands professionnels et d'organisations professionnelles (pensez à l'accréditation). Cependant, il existe aussi des personnages peu recommandables qui s'intéressent à votre argent, mais pas qui ne tiennent pas nécessairement à vous aider. Mais comment les distinguer? Voici sept signaux d'alarme indiquant que vous recevez des conseils qui ne servent pas vos intérêts :

1. Cela semble trop beau pour être vrai

Si votre demande de crédit conventionnel a été refusée et que vous trouvez un prêteur qui est heureux de vous prêter, c'est un signal d'alarme. Renseignez-vous pour savoir pourquoi leurs critères sont si différents de ceux des créanciers classiques. Peut-être que l'organisation prend plus de risques et que vous finirez par payer plus cher à cause des taux d'intérêt plus élevés. Le drapeau rose devient rouge lorsque quelque chose semble trop beau pour être vrai. Pouvez-vous rembourser seulement 10 % de votre dette? Pouvez-vous changer de compte bancaire et supposer que les créanciers ne donneront pas suite? Pouvez-vous vraiment cesser de parler à vos créanciers et supposer que tout ira bien? Non, vous ne le pouvez pas. Faites confiance à votre instinct : lorsque les choses semblent trop belles pour être vraies, elles le sont souvent. Croire en de telles allégations peut vous coûter de l'argent, du crédit et beaucoup d'énergie.

2. La publicité a tendance à comparer ce qui est incomparable

Certaines organisations font de la publicité pour leurs meilleures offres, mais pas pour celles qu'elles vous proposeront réellement. Ces publicités trompeuses portent généralement sur le taux d'emprunt ou le terme. Surveillez les indications comme :

  • 0 % d'intérêt. Demandez-vous, qui est admissible? Pendant combien de temps le taux d'intérêt est-il de 0 %?

  • 150 $ par semaine pour un paiement de voiture. Cela peut sembler plus facile à gérer que 600 $ par mois, mais il s'agit du même montant.

  • Les prêts sur salaire utilisent deux semaines comme période d'emprunt pour calculer les intérêts. Encore une fois, 15 % sur deux semaines semble plus facile à gérer que 300 % de TAP (taux annuel en pourcentage), mais le total est le même. Ne tombez pas dans le piège de la publicité. Faites vos calculs pour savoir ce que l'offre signifie réellement.

Lien d'inscription à KOHO

3. Ils passent sous silence la paperasse

Remarquez si le conseiller financier avec qui vous travaillez passe en revue les documents à une vitesse vertigineuse. Oui, les documents administratifs ne sont pas passionnants, mais ils sont nécessaires pour connaître les détails, et surtout les risques. Bien qu'ennuyeux, l'examen des documents doit être approfondi et les risques, comme les taux d'intérêt et les répercussions sur le pointage de crédit, doivent être mis en évidence. Le conseiller financier doit également répondre à toutes vos préoccupations en vous donnant entière satisfaction. S'il s'abstient de répondre à vos questions ou passe sous silence les réponses, il n'est pas le bon conseiller.

4. Ils veulent que vous preniez une décision aujourd'hui

C'est un signal d'alarme majeur. Si l'on attend de vous que vous preniez une décision financière importante sans en parler d'abord avec votre entourage et sans obtenir éventuellement un deuxième avis, il est temps de partir. Les professionnels devraient vous encourager à demander un deuxième avis et à examiner toute documentation avec un conjoint ou un partenaire avant de prendre une décision.

5. Il y a plus d'un conseiller dans une réunion

Une attention supplémentaire peut être agréable, mais si un autre conseiller ou, mieux encore, un superviseur se joint à votre réunion, posez des questions. En fait, n'hésitez pas à le souligner en demandant : « J'aimerais savoir pourquoi vous avez demandé à quelqu'un d'autre de se joindre à nous » ou « Quel est l'intérêt pour votre responsable de se joindre à nous ». Il peut y avoir une bonne raison; peut-être que votre conseiller principal est en formation. Cependant, il peut aussi s'agir d'une tactique de pression commerciale pour amener quelqu'un d'autre à une réunion, surtout un gestionnaire. N'oubliez pas que ce n'est pas parce qu'ils vous poussent à prendre une décision que vous devez céder.

Lien d'inscription à KOHO

6. Ils dénigrent d'autres organisations du secteur

Méfiez-vous des « professionnels » qui soulignent les faiblesses de leurs collègues ou des organisations de leur secteur. Premièrement, cela manque de tact. Ensuite, les vrais professionnels laissent leur réputation et leurs actions parler d'elles-mêmes. Ils se concentrent sur la façon dont ils peuvent aider et soutenir leurs clients, et non sur la manière dont ils peuvent dénigrer la concurrence. Et troisièmement, si le professionnel insiste pour que vous portiez attention aux défauts d'une autre organisation, c'est pour que vous ne vous préoccupiez pas de l'organisation ou du professionnel en face de vous, qui mérite justement d'être examiné et évalué.

7. Certains documents ne figurent pas sur les murs de leurs bureaux ni sur leurs sites Web

Chaque fois que vous travaillez avec un professionnel de la finance, regardez ses murs ou ses sites Web et remarquez ce que vous voyez et ce que vous ne voyez pas. Les professionnels et les organisations qui possèdent des qualifications, qui sont accrédités ou qui sont membres d’organismes de certification ont tendance à afficher fièrement ces renseignements, car ils prennent souvent du temps et de la diligence pour les obtenir. Si la personne ou l'organisation avec laquelle vous travaillez n'a rien à montrer, c'est un signal d'alarme. Demandez-vous pourquoi et s'il est sage de leur confier votre argent. De plus, les personnes et les organisations professionnelles doivent être ouvertes et honnêtes au sujet de leurs honoraires et de ce qui est couvert; seuls les professionnels peu recommandables ne disposent pas de cette information.

L’argent, c’est beaucoup plus que des dollars et des cents; c'est aussi une question de sentiments. C’est lié à nos valeurs et à nos croyances, ce qui rend parfois difficile l’objectivité, et c’est pourquoi vous devez vous rappeler que vous êtes aux commandes. Faites confiance à votre instinct, refusez la pression, posez des questions et n'hésitez pas à vous retirer à tout moment.

Si quelque chose vous semble anormal, demandez un deuxième avis à un organisme de conseil en crédit accrédité et sans but lucratif, comme la Credit Counselling Society.

Vous pouvez clavarder avec un conseiller financier accrédité en tout temps au sujet de votre situation et compter sur des ressources et des conseils fiables et impartiaux. Vous pouvez aussi jeter un coup d'œil au site du Conseil en crédit du Canada pour trouver un organisme dans votre région. N'oubliez pas que c'est votre argent.

Remarque : Les renseignements et/ou les caractéristiques des produits KOHO peuvent avoir été mis à jour depuis la publication de cet article. Veuillez consulter la page des forfaits KOHO pour y trouver les informations les plus récentes sur nos comptes!

Stacy Yanchuk Oleksy

Stacy est une éducatrice certifiée en finances personnelles, une coach et la directrice de l'éducation et de la sensibilisation communautaire à la Credit Counselling Society. Elle se passionne pour le bien-être financier.