Lecture de 4 minutes

deux personnes regardant un ordinateur

Dans le cadre d’un programme de cotisation de contrepartie à un REER, votre employeur verse une cotisation de contrepartie équivalente à celle que vous versez à votre REER (régime enregistré d’épargne-retraite). Cela signifie que lorsque vous mettez de l’argent de côté pour votre retraite, votre employeur ajoute aussi de l’argent pour votre retraite.

Tout le monde y gagne, n'est-ce pas? Alors, quel est le piège? En réalité, il n'y a pas vraiment de piège, mais il y a quelques nuances. Lisez la suite pour en savoir plus.

Qu’est-ce que la cotisation de contrepartie à un REER?

Dans le cadre d’un programme de contrepartie, l’employeur verse une cotisation de contrepartie égale à celle de ses employés. Lorsque vous mettez de l’argent de côté dans votre REER, votre employeur ajoute également de l’argent à votre REER. Selon l’employeur et le régime, le montant de contrepartie pourrait être égal à un certain montant ou à un pourcentage de votre salaire. Par exemple, il se peut que vous économisiez 5 % de votre chèque de paye et que votre employeur vous verse 5 % de plus. Parfois, la « contribution de contrepartie » n’est pas égale, mais plutôt un incitatif. Si vous économisez 5 % par chèque de paie, ils ajouteront 3 % de plus. Quel que soit l’arrangement, c’est essentiellement de l’argent gratuit.

Ce ne sont pas tous les employeurs qui offrent une cotisation de contrepartie au REER. Mais vous devriez savoir si votre employeur offre une cotisation de contrepartie lorsque vous vous joignez à une entreprise. Si vous êtes admissible, votre employeur vous fournira tous les renseignements sur l’inscription et la participation au programme. Parfois, les employeurs en offrent un dès le départ, ou l’admissibilité volontaire d’un employé peut commencer quelques mois après avoir commencé un nouvel emploi.

Il est important de noter que lorsqu’il y a une cotisation de contrepartie à un REER, elle est versée dans un REER collectif géré par l’entreprise et non dans votre REER personnel. Vous pouvez avoir un compte de REER personnel et un compte de REER collectif, mais votre employeur ne versera pas de cotisations dans votre compte personnel.

Comment fonctionne la cotisation de contrepartie à un REER?

Pour adhérer à un programme de cotisation à un REER, vous devez d’abord vous inscrire. Il y aura des documents à remplir et à soumettre aux RH ou à votre directeur pour adhérer au REER collectif. Une fois inscrit, vous acceptez qu’un montant fixe soit déduit de chaque chèque de paie (un montant fixe ou un pourcentage de votre paie) et votre employeur « égalera » votre cotisation à une cotisation prédéfinie de son propre compte REER.

Comme nous l'avons mentionné, le montant offert par l'employeur n'est pas toujours équivalent. Il se peut que le programme de cotisation de contrepartie de votre employeur vous encourage à verser, par exemple, 6 % de chaque chèque de paie dans votre REER, tandis qu’il « verse » une cotisation de contrepartie jusqu’à concurrence de 4 %. Mais ne vous y trompez pas, il s’agit tout de même d’une cotisation supplémentaire de 4 % à votre REER en plus de votre salaire, ce qui, bien sûr, n’est pas une mauvaise chose.

Prenons un chiffre rond dans ce scénario et, pour faciliter le calcul, disons que vous gagnez 100 000 $ par année. Si vous économisez 6 % par année (6000 $), votre employeur ajoutera 4 % (4000 $). C’est 10 000 $ d’épargne-retraite par année, avec un engagement de seulement 6000 $. Ce n’est pas mal, n’est-ce pas?

REER collectif

Lorsque les employeurs versent une cotisation de contrepartie à votre REER, celle-ci est versée dans un REER collectif, qui est habituellement administré à l’interne par les services des ressources humaines (RH), mais qui est géré à l’externe par une compagnie d’assurance, une banque ou un fournisseur en ligne. Si vous voulez en savoir plus au sujet du programme de REER d’un employeur, vos représentants des RH seront habituellement les gardiens de l’information et devraient être votre premier point de contact.

Vous pouvez cotiser à la fois à un REER collectif et à un REER personnel, mais votre employeur ne versera de cotisation de contrepartie que dans le compte collectif, et non dans votre REER personnel. Si vous avez à la fois un REER collectif et un REER personnel, vous devez simplement faire attention de ne pas dépasser votre plafond de cotisation. Les cotisations de l’employeur comptent pour votre plafond de cotisation et sont considérées comme un revenu imposable. Les cotisations que vous versez à un REER collectif sont prélevées sur votre chèque de paye, avant impôt.

Dans la plupart des cas, l’argent de votre REER collectif, provenant à la fois de vos cotisations et de celles de votre employeur, peut facilement être transféré avec vous lorsque vous changez d’emploi et transféré dans un nouveau compte REER. Dans certains cas, les employeurs peuvent imposer des restrictions quant au moment où l’argent peut être transféré, soit pendant que vous êtes un employé, soit pendant une certaine période après votre départ. Mais rassurez-vous, votre épargne-retraite vous appartient et vous y avez pleinement accès.

Cotisation de contrepartie à un REER : quel est l'intérêt pour l'employeur?

Les programmes de cotisation de contrepartie à un REER sont tout simplement attrayants pour les employés. Tout ce que les employeurs peuvent faire pour attirer et retenir du personnel devrait être envisagé, surtout dans le marché du travail favorable aux travailleurs d’aujourd’hui. L’offre de cotisations de contrepartie à un REER est un avantage supplémentaire pour les employés, qui peuvent plus facilement amasser des fonds pour leur retraite tout en bénéficiant des avantages fiscaux actuels.

La cotisation de contrepartie à un REER peut inciter les nouveaux employés à se joindre à une entreprise (par exemple, si un chercheur d’emploi talentueux envisage deux emplois comparables et qu’un seul offre une cotisation de contrepartie à un REER, sa décision de carrière devrait être facile). Cela peut aussi inciter les employés actuels à rester au sein d’une entreprise plutôt que de chercher ailleurs (l’herbe n’est pas toujours plus verte lorsqu’il n’y a pas de cotisation de contrepartie au REER pour un autre emploi).

Étant donné que de nombreux milieux de travail offrent maintenant aux employés des avantages sociaux qui semblaient autrefois progressifs (comme les heures de travail flexibles, le travail à domicile, les soins de santé et les soins dentaires), la cotisation de contrepartie au REER est une autre façon pour les employeurs de se démarquer et de montrer qu’ils apprécient leur main-d’œuvre.

Devrais-je contribuer à mon REER avec cotisation de contrepartie de l’employeur?

La réponse est presque certainement oui. Nous pouvons poser cette question d'une autre manière et obtenir la même réponse : aimez-vous l'argent gratuit?

Si nous examinons les avantages et les inconvénients, vous comprendrez pourquoi ces programmes sont presque toujours bénéfiques.

Avantages

  • La plupart des programmes de cotisation de contrepartie à un REER offrent entre 50 % et 100 % de vos cotisations. Il est incroyablement rare de trouver d’autres formes d’investissement qui offrent un rendement aussi élevé garanti. Si vous avez accès à une cotisation de contrepartie au REER de l’employeur et que vous n’êtes pas inscrit au programme, vous laissez effectivement de l’argent sur la table.

  • Les cotisations à un REER réduisent votre revenu imposable, de sorte que chaque dollar cotisé (par vous et par votre employeur) allège votre fardeau fiscal. Et comme ces cotisations sont prélevées automatiquement sur votre chèque de paie, vous n'avez même pas besoin de voir ça.

  • L’épargne en vue de la retraite devrait être l’un de vos objectifs financiers à long terme. Un programme de cotisations de contrepartie à un REER vous incite à épargner. De plus, votre employeur ajoute des économies supplémentaires à vos économies.

Inconvénients (en quelque sorte)

  • Dans un REER collectif, vous êtes moins libre d'investir votre argent comme vous le feriez dans un REER personnel. Comme ils sont gérés par un gestionnaire d'investissement externe au nom du groupe, vos options d'investissement peuvent être limitées.

  • Vous avez toujours un plafond annuel de cotisation à un REER. Vous devez donc connaître ce plafond et vous assurer que vous ne cotisez pas trop, surtout si vous cotisez également à un REER personnel. (Vous trouverez votre plafond de cotisation dans l'avis de cotisation de l'année précédente envoyé par l'ARC).

Conclusion

Il y a vraiment peu de personnes perdantes lorsqu’il s’agit de la cotisation de contrepartie à un REER. Pour les employeurs, c’est l’occasion de se démarquer et d’offrir un avantage qui profite aux employés maintenant et à l’avenir. Pour les employés, c’est l’occasion de faire fructifier leur fonds de retraite plus rapidement et plus facilement avec l’argent supplémentaire de leurs patrons. Alors, oui, dans la plupart des scénarios, la cotisation de contrepartie à un REER est une situation gagnante.

Remarque : Les renseignements et/ou les caractéristiques des produits KOHO peuvent avoir été mis à jour depuis la publication de cet article. Veuillez consulter la page des forfaits KOHO pour y trouver les informations les plus récentes sur nos comptes!