Retour au blog

Préjugés inconscients dans les banques

Lecture de 11 minutes

Préjugés inconscients dans les banques

Écrit par

En résumé

  • En termes simples, un préjugé inconscient s’entend d’une personne qui, sans le savoir, croit à un stéréotype au sujet d’un groupe de personnes en raison de son exposition limitée à différents groupes démographiques.

  • Les banques et leurs employés ne sont pas à l’abri des préjugés inconscients, ce qui mène souvent au profilage racial et à des actes de discrimination ciblant les Noirs et les Autochtones de couleur.

  • Par conséquent, nous nous retrouvons avec un système qui fait en sorte qu’il est difficile pour les Canadiens noirs, autochtones et de couleur d’effectuer des tâches financières, de l’ouverture d’un nouveau compte à l’obtention d’un prêt.

  • Pour lutter contre les préjugés inconscients, les banques doivent mettre en œuvre une stratégie qui accorde la priorité à la diversification du personnel et à l’établissement de normes de service claires.

Les banques semblent être de grands systèmes bien réglementés, des machines bien huilées conçues pour assurer la sécurité et la circulation de notre argent. Eh bien, pour la plupart, c’est exactement ce qu’ils sont. Mais comme toutes les facettes humaines de ce monde, les banques comptent sur la contribution de chaque être humain. Et chaque personne à la banque apporte avec elle toute son histoire personnelle et sa vision du monde. Leurs espoirs et leurs rêves, leurs idées et leurs préjugés, tout cela est là, au guichet.

Surtout dans un pays diversifié et multiracial comme le Canada, les effets de ces préjugés peuvent être considérables. Nos médias et notre système d’éducation donnent l’impression que les Blancs sont au centre de l’histoire et de la vie quotidienne de notre pays. Dans un tel environnement, les préjugés inconscients peuvent facilement entrer en jeu. Et ces préjugés inconscients font en sorte qu’il est plus difficile pour les Autochtones et les Canadiens noirs d’atteindre l’équilibre financier.

Dans cet article, nous examinons comment les préjugés inconscients agissent comme une force discriminatoire dans les banques canadiennes. Commençons par le terme lui-même.

Que sont les préjugés inconscients?

Les préjugés inconscients sont, en termes simples, lorsqu’une personne croit sans le savoir à un stéréotype au sujet d’un groupe de personnes. Cela se produit lorsqu’une personne a une exposition limitée à des personnes qui sont différentes d’elle dans sa vie personnelle et dans la représentation des médias.

Si, par exemple, vous avez grandi en vous faisant dire que les femmes sont naturellement meilleures en mathématiques que les hommes et que chaque professeur de mathématiques que vous avez eu était une femme et que vous n’avez jamais vu un homme faire des mathématiques à la télévision ou au cinéma, vous finiriez par croire que ce récit était vrai. Comment cela se traduit dans votre vie quotidienne, alors, vous feriez probablement confiance à votre amie Kayla pour calculer le pourboire du dîner mieux que votre amie Jared.

Les employés des banques, comme les guichetiers, les conseillers et les prêteurs, ne croient pas nécessairement aux stéréotypes raciaux ou sexistes. Mais s’ils grandissent (comme le font les Canadiens) dans une culture qui normalise la blancheur, ils sont constamment exposés à cette vision du monde. Il ne s’agit pas seulement de l’éducation que les Canadiens reçoivent ou des médias auxquels nous sommes exposés. Grandir comme membre d’un groupe dominant peut amener à croire, sans s’en rendre compte, que les Blancs sont meilleurs avec l’argent, plus dignes de confiance, plus faciles à parler, et ainsi de suite. Et ces croyances constituent souvent un préjugé inconscient dans notre système bancaire, un préjugé qui nuit sérieusement à la capacité des Canadiens noirs, autochtones et de couleur de constituer de la richesse et d’assurer l’équité dans notre société.

« Les préjugés inconscients sont, en termes simples, lorsqu’une personne croit sans le savoir à un stéréotype au sujet d’un groupe de personnes. »

À quoi ressemblent les préjugés inconscients?

À un certain niveau, les préjugés inconscients peuvent être difficiles à évaluer étant donné qu’ils sont, eh bien, inconscients. Mais dans un autre, il est facile de voir comment les préjugés inconscients peuvent mener à des actes de discrimination manifestes.

Voici un exemple très public :

En décembre 2019, Maxwell Johnson, un Autochtone de Vancouver dans la cinquantaine, a tenté d’ouvrir un compte bancaire pour sa petite-fille de 12 ans. Il travaillait pour sa banque depuis cinq ans. Dans une entrevue avec APTN News, Maxwell Johnson a expliqué que la guichetière lui avait demandé une pièce d'identité et qu'il avait présenté sa carte fédérale de statut d'Indien, une pièce d'identité délivrée par le gouvernement. La guichetière qui s'est occupée de sa demande a refusé d'accepter le document comme pièce d'identité et a commencé à poser de plus en plus de questions. Ce qui aurait dû être une interaction de routine s’est rapidement intensifié et elle a fini par appeler la police, réaction excessive qui, en fait, a dépeint Johnson comme un élément criminel alors qu’il voulait simplement aider sa petite-fille à ouvrir un compte chèques.

Les interactions entre les services de police canadiens et les Autochtones sont souvent tendues, dans le cadre d’un préjugé colonial de longue date de la part des colons canadiens. (Voici un bon article du Toronto Star sur l’histoire anti-autochtone du premier service de police du Canada, la GRC, si cela vous intéresse!) Johnson et sa petite-fille de sixième année ont été emmenés en menottes. La guichetière a supposé à juste titre que la police aurait certains des mêmes préjugés qu’elle, elle savait que son histoire serait crue par rapport à la sienne, en raison de la façon dont le racisme envers les Autochtones est intégré à la vie canadienne.

Alors que la nouvelle de l’interaction se répandait, de nombreuses personnes sur les médias sociaux ont appelé la banque pour avoir laissé les préjugés inconscients de la guichetière créer une situation dangereuse pour Johnson. Une enquête sur le traitement de Johnson à la banque est en cours.

L’affaire Johnson est un exemple très bien documenté et public d’un client racialisé qui fait face à des préjugés inconscients à la banque. Mais très peu de cas de préjugés inconscients contre les Canadiens racialisés font l’objet d’autant de publicité, même s’ils se produisent régulièrement.

Un exemple plus discret est celui d’Alain Babineau, conseiller au Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR) et agent de la GRC à la retraite à Montréal.

Lien d'inscription à KOHO

L’automne dernier, Babineau a essayé de remplacer sa carte de débit à la banque où il travaille depuis 25 ans, mais le processus était loin d’être simple. Lorsque je lui ai parlé au téléphone, il m’a fait part d’un sentiment d’inconfort à partir du moment où il s’est présenté à la fenêtre de la guichetière. Il n’y avait ni sourire, ni accueil, ni salutation. Il dit qu’il lui a fourni tout ce qu’elle a demandé comme preuve d’identité et de résidence, mais qu’elle lui a posé des questions pointues. « Chaque fois que je lui donnais une réponse, elle posait plus de questions », dit Babineau. Il a commencé à soupçonner que la guichetière blanche pensait qu’un Noir dans la cinquantaine ne correspondait pas au nom typiquement québécois sur son compte.

Babineau a fourni son bail d’appartement comme preuve d’adresse supplémentaire, mais la guichetière n’était toujours pas satisfaite. Elle a appelé son superviseur, qui a ensuite appelé la gestionnaire, qui a dit qu’ils n’accepteraient pas ses diverses preuves et pièces d’identité. Profondément frustré à ce moment-là, Babineau est parti sans nouvelle carte de débit.

« J’ai été policier pendant 30 ans, dit-il, je comprends la nécessité de faire des vérifications de sécurité. Je comprends cela. Mais à un moment donné, quand quelqu’un ne cesse de vous donner des réponses en preuve, vous devez vous rendre compte que cette personne est légitime. » Quelques jours plus tard, il a appelé la succursale et a dit au représentant du service à la clientèle ce qui s’était passé. Ils l’ont convoqué à une réunion avec la gestionnaire de la succursale. Lorsque Babineau est arrivé, la gestionnaire avait déjà une nouvelle carte de débit prête à être ramassée. Elle a vérifié sa pièce d’identité, ils ont parlé brièvement de ce qui s’est passé, il a reçu la nouvelle carte et il est parti.

Lorsque le profilage racial se produit dans un secteur commercial comme un magasin ou une banque, les clients autochtones, noirs et de couleur sont souvent traités avec un manque de respect et sont souvent perçus comme un risque pour la sécurité. La criminalisation des clients racialisés à la banque en s’appuyant sur les stéréotypes raciaux crée un système où les Noirs, les Autochtones et les autres personnes de couleur ont plus de difficulté à faire des choses normales, comme remplacer leurs cartes de débit.

Babineau est un conseiller en profilage racial au CRARR, et pour avoir aider des gens qui ont été victimes de discrimination, il savait comment il voulait agir. Il a décidé de déposer une plainte en matière de droits de la personne contre sa banque auprès de la Commission canadienne des droits de la personne au sujet de l’incident de profilage racial à la banque. « Je dis aux gens d’aller de l’avant pour ce qui est de la discrimination… Je ne peux pas dire aux gens de faire quelque chose que je ne vais pas faire moi-même », dit-il. La plainte est toujours en cours de traitement.

« Lorsque le profilage racial se produit dans un secteur commercial comme un magasin ou une banque, les clients autochtones, noirs et de couleur sont souvent traités avec un manque de respect et sont souvent perçus comme un risque pour la sécurité. »

Le profilage racial est-il courant dans les banques canadiennes?

Ce qui est arrivé à Johnson et à Babineau ne sont que deux des nombreuses occasions où des préjugés inconscients et systémiques contre les Noirs et les Autochtones ont créé des pratiques discriminatoires.

Même si peu de cas font les nouvelles, le profilage racial est un phénomène quotidien qui nuit à la capacité des Noirs et des Autochtones de faire des choses tout à fait normales, comme s’inscrire à un compte de chèques, faire des dépôts bancaires ou exploiter leur entreprise.

Fo Neimi, cofondateur du CRARR (où Babineau donne des conseils) en 1983, explique que le centre aide beaucoup de gens à faire face au racisme lié aux banques. Lorsque j’ai parlé avec Neimi au téléphone, il m’a expliqué qu’une surveillance accrue à l’égard d’une personne de couleur est une forme très courante de préjugés inconscients à la banque.

Ces niveaux de surveillance peuvent se manifester dans des scénarios dramatiques, comme l’arrestation en 2014 de Frantz St. Fleur, un Canadien d’origine haïtienne, après qu’il eut tenté de faire un dépôt de 9000 $ et le guichetier a présumé, sans preuve réelle, qu’une somme aussi importante devait être frauduleuse. (Le chèque était un remboursement d’un dépôt qu’il a fait après la vente d’un condo.)

Dans cette situation, comme dans le cas de Babineau et de Johnson, l’employé de la banque a fait preuve de jugement pour évaluer la situation. C’est dans ce contexte que les préjugés inconscients d’un guichetier ou d’un conseiller en prêts peuvent mener à la discrimination contre les clients autochtones, noirs et de couleur à la banque. « Habituellement, il y a une tendance, explique Neimi, selon laquelle les clients autochtones, noirs et de couleur font face à un manque d’accès égal aux services commerciaux, ou même à un traitement respectueux après avoir demandé un produit ou un service. »

Les effets globaux des préjugés inconscients dans les banques

Dans son étude de 2016 sur la discrimination raciale et sexiste chez les prêteurs, la sociologue Sarah K. Harkness a constaté que les prêteurs qui évaluent les emprunteurs montrent des preuves de préjugés inconscients fondés sur des stéréotypes culturels. Les prêteurs sont incités à accorder des prêts aux membres de certains groupes culturels plutôt qu'à d'autres, même lorsque les personnes concernées ont un pointage de crédit et un historique de crédit quasiment identiques. Les résultats de son étude ont clairement montré que les croyances personnelles et les préjugés des prêteurs influent en fin de compte sur leurs décisions de financement. Les effets de ces préjugés systémiques éclairent toute la vie d’une personne. À court terme, les clients autochtones, noirs et de couleur sont indûment stressés chaque fois qu’ils se rendent à la banque, en attendant de faire face à des microagressions et à des agressions macroéconomiques. À long terme, le fait de se voir refuser une hypothèque ou un prêt et l’accès au crédit entraîne un grave écart de richesse entre les générations.

Andria Barrett, présidente de la Chambre de commerce noir du Canada, dit qu’elle a entendu d’innombrables histoires où des propriétaires d’entreprise noirs ont de la difficulté à accéder à leur propre argent à partir de leurs comptes bancaires ou se voient refuser des prêts même s’ils répondent aux critères d’admissibilité.

Lien d'inscription à KOHO

J’ai parlé à Charline Grant, qui a une histoire de ce genre sur les effets des préjugés dans le secteur bancaire sur sa vie. En 2018, Grant a eu une idée brillante de créer un centre d’entraînement au basketball dans son quartier de Toronto. Elle s’est adressée à sa banque pour demander le prêt Financement des petites entreprises du Canada, un prêt garanti par le gouvernement fédéral dont 90 % du risque est essentiellement garanti par le gouvernement. Même s’il semblait répondre à tous les critères, son prêt a été refusé.

Grant, qui a depuis ouvert l’établissement, pense qu’il y a eu un profond malentendu culturel entre elle et la banque. En raison du caractère normatif canadien des Blancs, les agents de la banque n’ont pas pu voir sa vision et se joindre à elle pour prendre le risque. « Si je viens d’Italie et que j’ouvre une piazza, et qu’une personne italienne regarde mon prêt, elle comprendra ma vision. Si personne dans votre service de souscription ne comprend la communauté noire ou ce que nous essayons de faire, ils ne verront pas la vision. C’est un risque », m’a dit Grant.

Il y a peut-être plusieurs raisons pour lesquelles le prêt de Grant a été refusé, mais une partie du caractère insidieux des préjugés inconscients est précisément ce sentiment d’ambiguïté. Dans une entrevue qu’elle a récemment accordée à la CBC, Mme Grant a déclaré qu’elle avait décidé de créer un balado intitulé Banking While Black afin de donner aux Canadiens noirs une tribune pour documenter et discuter des effets du profilage racial.

Ce que son histoire, et beaucoup d’autres semblables, montre clairement, c’est que les décisions de prêt sont prises par des contrôleurs individuels, et discuter de la race est généralement tabou. Bien qu’un guichetier ou un prêteur puisse ne pas se considérer comme agissant sur des stéréotypes raciaux, il n’y a pas de façon claire d’évaluer s’il prend des décisions fondées sur une saine gestion des risques ou des préjugés inconscients.

Il y a un problème, car de nombreux clients des banques autochtones, autochtones et de couleur ne bénéficient pas du même traitement et des mêmes possibilités que les Canadiens blancs. Comme le dit Barret, « il y a trop d’anecdotes qui nous portent à croire que notre communauté est traitée différemment et n’a pas le même accès au capital ».

« Les prêteurs sont incités à accorder des prêts aux membres de certains groupes culturels plutôt qu'à d'autres, même lorsque les personnes concernées ont un pointage de crédit et un historique de crédit quasiment identiques. »

Quelles sont les mesures prises pour lutter contre les préjugés inconscients dans le secteur bancaire?

À la suite des mouvements de masse Black Lives Matter orchestrés en 2020, de nombreuses banques ont élaboré des plans pour diversifier leurs entreprises. C’est un bon début, mais cela ne règle pas le sectarisme en succursale auquel de nombreux Noirs et Autochtones font face dans le cadre de leurs expériences bancaires courantes.

Pour éradiquer les préjugés inconscients dans les banques, il faut mettre en place des mesures de protection solides pour tenir les employés de la banque responsables de leurs actes. Sans cela, les groupes marginalisés du Canada seront inévitablement désavantagés.

Niemi suggère que la solution comportera une approche intégrée du service à la clientèle, une approche qui met tout autant l’accent sur la diversification du personnel et l’établissement de normes claires pour la prestation de services et de produits. La diversification du bassin d’embauche n’est qu’une étape, mais il faut aussi revoir le fonctionnement du service à la clientèle. Les guichetiers, les prêteurs et les conseillers doivent être bien formés pour éviter les préjugés inconscients dans leur travail, et les critères de service doivent être entièrement transparents.

Au-delà de cela, il doit y avoir des cadres supérieurs qui veillent à ce que ces problèmes soient pris au sérieux dans les banques. Ils doivent assumer la responsabilité du traitement injuste des clients des banques qui sont des clients noirs, autochtones et de couleur et être habilités à être responsables d’apporter des changements. Parce que si nous ne sommes pas en mesure de fournir un service uniforme et biaisé, les valeurs de la diversité et du traitement équitable ne se traduiront pas par une réalité concrète.

Neha Chollangi est rédactrice pigiste. Auparavant, elle était rédactrice en chef visuelle au Ryerson Review of Journalism. Suivez-la sur Twitter : @nehachll.

Remarque : Les renseignements et/ou les caractéristiques des produits KOHO peuvent avoir été mis à jour depuis la publication de cet article. Veuillez consulter la page des forfaits KOHO pour y trouver les informations les plus récentes sur nos comptes!

Neha Chollangi

Neha Chollangi est actuellement journaliste à Osoyoos, en Colombie-Britannique, où elle couvre les nouvelles locales dans la région du sud de l’Okanagan. Elle a récemment gradué de l'école de journalisme de Ryerson.

logo.koho

Entreprise

À proposLes affiliésCarrièresCultureEntrepriseApprendreNouveaux arrivantsLes partenairesVoyageStatut

Ouvrir une session

La carte prépayée MastercardMD KOHO est émise par KOHO Financial Inc. en vertu d'une licence accordée par Mastercard International Incorporated. Mastercard et le concept des cercles sont des marques de commerce déposées de Mastercard International Incorporated.

En utilisant ce site Web, vous acceptez nos Conditions générales. Suivez ces liens pour en savoir plus sur notre Politique de confidentialité et notre Politique en matière d’accessibilité. © 2023 KOHO Financial Inc.